Actualités

Visite du ministre espagnol pour les 17émes journées Manuel Azaña

Retour à la liste
Visite du ministre espagnol pour les 17émes journées Manuel Azaña

Vendredi 4 novembre, Michel Weill, président du Conseil départemental de Tarn-et-Garonne, accueillait le ministre de la présidence, des relations avec le parlement et de la Mémoire Démocratique de l’Espagne : Félix Bolaños García, pour une journée en hommage à Manuel Azaña, président de la seconde République espagnole, mort en exil le 3 novembre 1940 à Montauban.

De nombreux élus avaient fait le déplacement pour l’occasion : José Gonzalez, vice-président du Conseil départemental, Catherine Bourdoncle, vice-présidente, Nadine Sinopoli, conseillère départementale, Jean-Michel Baylet, conseiller départemental et ancien ministre, Brigitte Barèges, maire de Montauban, Patrice Garrigues, conseiller régional, Catherine Fourcherot, sous-préfète, ainsi que les sénateurs du département et les élus de la délégation espagnole.

Pour ces 17émes journées Manuel Azaña était organisé un colloque à l’ancien collège, où le président de l’association : « Présence de Manuel Azaña », Jean-Pierre Amalric, prit la parole pour exprimer sa joie de voir l’importance que prend Manuel Azaña dans la mémoire des deux pays que sont la France et l’Espagne, de par la venue du numéro 2 du gouvernement espagnol et le jumelage de Montauban avec la ville natale de l’ancien président : Halcalá de Henares.

Cette journée commémorant le souvenir de l’exil, de la souffrance, mais aussi de la laïcité, de la défense des valeurs de la république universelle, de la recherche de la paix et de l’harmonie entre les hommes, est une boussole honorant les valeurs de la république.

Visite du ministre espagnol pour les 17émes journées Manuel Azaña

Felix Bolaños Garcia, ministre de la présidence espagnole, prit la parole à son tour pour exprimer le point de vue espagnol sur cette tragédie, avec une Espagne qui a su se reconstruire et panser les plaies du passé pour regarder vers un avenir européen.

Le cortège se dirigea ensuite vers le cimetière urbain de Montauban, sous une pluie battante, pour un hommage et un dépôt de gerbe sur la tombe du président de la seconde République espagnole.