Actualités

Le rapport d’orientations budgétaires au menu

Retour à la liste

Les 30 conseillers départementaux de Tarn-et-Garonne ont examiné ce matin, à l‘Hôtel du Département,  le rapport d’orientations budgétaires 2022, dernière étape avant le vote du budget primitif qui sera examiné mi-février. Valérie Rabault, présidente de la commission des finances, en a tracé les grandes lignes. 

 

Spécialiste des questions budgétaires, la conseillère départementale Valérie Rabault, présidente de la commission des finances, a présenté ce mardi matin le rapport d’orientations budgétaires 2022 du Conseil départemental.
L’élue a rappelé le contexte national contraint, en raison notamment de la crise sanitaire, et les perspectives locales.

Département en pleine mutation, avec une perspective de 325 000 habitants en 2050 et des équipements structurants comme l’arrivée de la Ligne à Grande Vitesse (LGV), de l’échangeur de Lacourt-Saint-Pierre sur l’A62 ou encore  de la construction du nouvel hôpital de Montauban, le Tarn-et-Garonne dispose de bien des atouts dont la nouvelle majorité, autour du président Michel Weill, s’est saisie à bras le corps depuis son installation, le 1er juillet dernier.

Lors de son intervention, Valérie Rabault s’est appuyée sur ce qu’elle a appelé les « 5 piliers » : la quasi absence de recettes de fonctionnement pour le département, des droits de mutation dynamiques, un financement resserré, une volonté de réflexion sur l’APA, le RSA et le PSH et enfin le dynamique plan de relance présenté récemment par Jean-Michel Baylet, véritable fil conducteur du mandat qui prévoit de nombreux investissements dans les domaines de l’éducation, des infrastructures, de l’agriculture mais aussi la culture, l’enseignement supérieur, le  tourisme ou l’économie.

L’évolution substantielle de l’aide aux communes et intercommunalités avec l’augmentation des taux et des seuils subventionnables constitue également un point décisif.

Parmi les points à retenir, en vue du BP, l’extension des collèges de Labastide-Saint-Pierre, Montech, Montauban-Azaña et Lafrançaise avec déjà 11 millions d’euros mobilisés.
On note aussi la volonté d’extension du restaurant universitaire et l’implantation d’une école d’ingénieurs dans l’ancienne caserne de gendarmerie de Montauban.

Sur les routes, 55 millions d’investissements sont prévus sur le mandat avec une participation de la Région Occitanie.

Concernant la solidarité, la lutte contre la désertification médicale constitue une priorité, tout comme la gestion de l’APA (Allocation personnalisée d’autonomie) et l’insertion des bénéficiaires du RSA (Revenu de Solidarité Active).

Sur l’agriculture, la problématique de la ressource en eau à travers notamment la question des structures collinaires reste la grande priorité tout comme les circuits courts et le bio.

En matière touristique, les priorités pour 2022-2024, sont la liaison douce Montauban-Montricoux, la vélo voie verte du canal, le lancement des études sur les liaisons douces Montech-Garonne et Castelsarrasin-Beaumont.

Le projet d’aménagement des Archives départementales sera totalement revu.

Au total, ce sont donc, de 50 à 55 millions d’euros d’investissement par an qui sont prévus.

A noter aussi l’examen, lors de cette séance, du fonds départemental de péréquation de la taxe professionnelle (les fonds dits « Golfech ») qui a été voté à l’unanimité et prévoit une répartition à hauteur de 94 201 euros pour les communautés de communes et de 1,8 millions au profit des communes.

Le budget primitif 2022 sera examiné les 14 et 15 février 2022. Il confirmera l’engagement de la majorité avec ce credo : ambition, responsabilité et courage.