Les « rampes de Caylus »

Sur la route départementale 926

Le Département et votre mobilité, “la route de l'Aveyron”

10 ans... C'est le temps qu'il aura fallu entre les premières études et le dernier coup de pelle en avril 2009, pour que le projet d'aménagement de la route départementale 926 à l'ouest et à l'est de Caylus soit entièrement réalisé.

18 % des 4 600 véhicules qui empruntent cet itinéraire chaque jour pour rejoindre l'Aveyron au départ de Caussade ou de Montauban sont des poids-lourds, avec une proportion bien supérieure à la moyenne nationale qui se situe à 11%. Outre ce trafic exceptionnellement concentré en véhicules lents, les abords de Caylus, fortement pentus sur cette route, rendaient les dépassements extrêmement dangereux, pour ne pas dire impossibles. 6,365 millions d'euros est le budget global que le Département a choisi de programmer sur cette portion de 7 km autour de Caylus pour fluidifier et sécuriser la circulation dans les deux sens en permettant aux voitures de dépasser les camions. Les rampes sur 6 km bénéficient aujourd'hui d'une troisième voie et ont été équipées d'abords de protection, tels que des parapets et des glissières de sécurité. Ce projet illustre encore une fois l'importance de la voirie dans le budget global du Département qui reste chaque année le premier poste d'investissements avec, pour seul objectif, la qualité des routes pour la sécurité et le confort des usagers en général et des Tarn-et-Garonnais en particulier. 8 entreprises du BTP ont travaillé sur l'ensemble du projet. Elles ont été sollicitées pour la réalisation des terrassements, des 81 000 m² de chaussée, la pose des glissières de sécurité, la fabrication et la réfection de murs de soutènement et la construction d'un carrefour giratoire. 100 % sécurité. Après de trop nombreux accidents survenus sur cette portion de route, le résultat des travaux est à la hauteur de l'objectif fixé de prévention et de sécurisation.

Pourquoi ?

La RD 926 est une route de première catégorie, avec un trafic de 4 600 véhicules par jour dans les deux sens confondus, dont 830 poids-lourds (ce qui représente 18%, soit un niveau supérieur à la moyenne nationale qui est de 11%). Cette route constitue un intérêt régional par la liaison qu’elle assure entre le Tarn-et-Garonne et l’Aveyron. D’une longueur de 35 km entre Caussade et l'entrée en Aveyron, la RD 926 constitue, avec la RD 820 ou l’A20, l’itinéraire Montauban - Villefranche de Rouergue. Cette voie se présentait, avant les travaux, sous la forme d’une infrastructure très rectiligne et offrait un très bon niveau de service, à l'exception d'une seule section plus tortueuse. Celle-ci était constituée des deux rampes de Caylus permettant de franchir la vallée de la Bonnette qui sépare le Causse du Quercy des monts du Rouergue.

L'objectif du projet Rampes de Caylus était de réduire les temps de parcours et d'assurer une meilleure sécurité des usagers sur les 7 km concernés. L'aménagement se situe sur le territoire de la commune de Caylus et a consisté essentiellement à créer une voie supplémentaire sur les deux rampes est et ouest, de part et d’autre du village. Cette troisième voie, affectée en grande partie au sens montant de chacune des rampes, devait permettre aux véhicules légers de dépasser aisément les poids lourds circulant très lentement sur ces deux sections à forte déclivité (8 à 9 %).

Un ensemble d’études préliminaires et d’environnement a été engagé en 1999, suite auquel un projet de définition a été établi en 2001 et a servi de base au lancement de l’enquête publique. L’opération a été programmée au budget prévisionnel de 2003. Le projet a été déclaré d’utilité publique en 2005 et est passé devant la commission des sites en 2006.

Rampe Est (côté Aveyron)

La rampe côté est a été réaménagée entre avril 2006 et février 2007. Ces travaux réalisés par quatre entreprises ont consisté en la création d'une troisième voie sur 3 km, dont 1,2 km équipée de glissières de sécurité avec balises lumineuses, pour permettre aux véhicules de dépasser sans danger. Dans le prolongement des rampes, la chaussée sur 2 voies a fait peau neuve sur 1 km. Au total ont été mis en œuvre 40 000 m3 en déblais et 10 000 m3 en remblais pour les terrassements nécessaires à l'élargissement de la route, 38 000 tonnes de matériaux rocheux et 500 mètres de drains forés pour la chaussée, 18 000 tonnes de matériaux enrobés au bitume et 1 200 mètres de glissières de sécurité. La surface totale de la chaussée sur les trois voies est de 50 000 m2.

Rampe Ouest (côté Montauban)

Les travaux côté ouest ont été réalisés en trois phases : de janvier à juillet 2005 pour le prolongement et la réfection du premier créneau de dépassement sur 2 km ; d'août 2007 à septembre 2008 pour l’aménagement de la rampe et la création de la troisième voie sur 1 km ; et enfin de janvier à avril 2009 pour la construction du giratoire, permettant comme cela était souhaité, de faire ralentir les véhicules et de sécuriser ainsi l’entrée à la zone artisanale et au village. Six entreprises ont participé à l'ensemble de cet aménagement. Pour les terrassements, 6 000 m3 en déblais, 5 000 m3 en remblais et 1 200 tonnes d’enrochements ont été nécessaires. 14 000 tonnes de matériaux rocheux ont été utilisés pour les fondations des chaussées et 11 000 tonnes de matériaux enrobés au bitume pour les recouvrir. La chaussée totale sur l'ensemble de ce projet ouest est de 31 000 m2. Sur les rampes, des glissières de sécurité équipées de balises lumineuses ont été fixées sur 100 mètres. En ce qui concerne la maçonnerie, des murs existants ont été refaits sur 700 m2, des murs de soutènement ont été construits sur 300 m2 ainsi qu'un parapet en pierre de 600 mètres de long.

Financement

Le Département de Tarn-et-Garonne a pris en charge la totalité du coût des travaux, soit 6,365 millions d'euros, comprenant les études de faisabilité, les acquisitions foncières pour 55 019 m2, toutes menées à l'amiable, et les travaux.

Qui en bénéficie ?

Les 251 000 Tarn-et-Garonnais mais aussi les nombreux usagers de la route et des transports qui fréquentent ou traversent notre département sont les premiers bénéficiaires de conditions de circulation et de mobilité de qualité. Au carrefour de nombreuses voies de communications régionales, inter-régionales et nationales reliant les métropoles du sud de la France, le Tarn-et-Garonne voit un trafic important de véhicules légers et de Poids-Lourds, en augmentation, des 1,3 % par an depuis dix ans.

Partager

Contact

Direction de la Voirie et de l'Aménagement

Hôtel du Département - Boulevard Hubert Gouze - BP783
82013 Montauban Cedex

Tél : 05 67 05 51 31

Mail : courrier@cg82.fr

Pourquoi le
CD82 investit...

Pourquoi le Conseil départemental est-il responsable de ce service ?

Le Département exerce des compétences obligatoires en matière de déplacement au service des Tarn et Garonnais.

La Décentralisation, dans ses actes I et II a organisé le transfert des routes nationales aux Départements. Ce transfert s'est accompagné de celui des agents du ministère de l’Équipement au Département, qui a désormais la responsabilité des routes départementales. Ces agents ont en charge l’entretien et la modernisation, mais aussi la gestion et l’exploitation du réseau départemental. Le Département intervient pour favoriser et sécuriser les déplacements tout en valorisant le paysage.

Il consacre annuellement 15 millions d'euros pour les gros travaux d'investissement et 3 millions d'euros pour les travaux d'entretien. En moyenne, ce sont 140 kilomètres de routes qui sont entièrement rénovées chaque année. La sécurité est améliorée par les opérations d'aménagement de carrefours, les rectifications de virages, la pose de glissières de protection contre les obstacles, l'application de revêtements adaptés aux conditions climatiques difficiles.

C'est non seulement l'ensemble des Tarn et Garonnais en situation de déplacements qui en bénéficient ainsi, que ce soit en voiture individuelle ou e transports en commun, mais aussi les entreprises du département et leurs employés. Le Tarn-et-Garonne étant un véritable carrefour de voies et d'itinéraires, ce sont aussi les multiples situations de transit qui peuvent bénéficier de cet effort de sécurité et de confort.

Paroles d'élu :

Au plus près des territoires, à l'écoute des administrés et des élus des 195 communes du département, le Conseil départemental est la collectivité idéalement placée pour définir et appliquer des politiques d'entretien et de gestion des routes qui concernent avant tout les Tarn et Garonnais.

C'est une compétence obligatoire du Département, c'est aussi un fort moyen de développement favorisant la mobilité et les flux économiques.

Le Département dispose pour ce faire des moyens matériels et humains et des compétences techniques et qualifications correspondantes.

Comment rendons-nous le service ?

Le service de la route est assuré par 6 subdivisions départementales et 17 antennes réparties sur le territoire. Elles disposent de 350 véhicules utilitaires, camions poids-lourds, engins, tracteurs, … pour assurer concrètement leurs missions. Une permanence 24/24 7/7 est assuré par des agents placés en astreinte toute l'année, renforcée en période hivernale sur une durée de 12 semaines. Les modalités d'interventions, tant en période hivernale que tout au long de l'année font l'objet de dossiers d'organisation, débattus et votés par l'Assemblée délibérante : le dossier d'organisation du fauchage et du débroussaillage le dossier d'organisation de la viabilité hivernale.

Les moyens financiers qui y sont consacrés sont également votés annuellement par l'Assemblée lors des séances budgétaires.

Tout savoir sur le
Département